En 1903, le Dr Jameson a vendu la propriété à son gendre Simeon Henry Martin, lui aussi médecin et chirurgien, né à Warden en 1867 et fils de Cone B. Martin et de Martha McLaughlin. Dr Martin avait épousé Caroline Louise Jameson à Waterloo en 1894. Le Dr Martin a aussi été maire de Waterloo en 1911. La famille Martin-Jameson a conservé la propriété durant une décennie avant de la céder au Dr Edson Andrew Blake.

Le docteur Edson Andrew Blake est né à South-Stukely en 1880 et fut diplômé de l’université McGill en 1906. Il était le fils d’Andrew Blake et d’Henrietta Hills. Edson Andrew, plus tard, a pratiqué avec son fils, le Dr Earl Marston Blake de 1937 à 1941, année de son décès. Ce dernier, ayant hérité de la maison, y a poursuivi sa pratique médicale jusqu’à son propre décès survenu en 1981. Cette demeure avait donc logé uniquement des médecins ayant des liens familiaux pendant au-delà de cent ans. De plus, l’épouse du docteur Edson Andrew Blake, qui se nommait Ethel Maud Marston, était la cousine de la mère du docteur Simeon H. Martin. Cette résidence est encore aujourd’hui la propriété de madame Margaret Blake (SHHY).

Cette résidence a sûrement été dessinée par un architecte puisqu’elle est assez unique. Cette imposante résidence constitue l'un des exemples des plus pertinents pour illustrer l'éclectisme victorien, qui se caractérise par l'amalgame de divers éléments architecturaux et influences stylistiques dans une même construction.
Cette maison a été construite de façon absolument symétrique. Ce qui se trouve sur un côté de la maison l’est aussi de l’autre, que ce soit les fenêtres en saillie superposées ou les grandes galeries vers l’arrière. Le terrain adjacent devait sûrement faire partie de la propriété et constituer un grand jardin, dans l’esprit pittoresque de l’époque. Le seul changement important qui a été ajouté, ce sont les solariums jumeaux de chaque côté de l’entrée principale formant ainsi un porche. 

Certains éléments architecturaux comme les chaînages d’angle des murs de brique, les fenêtres à arc segmentaire, d’origine, ainsi que les voussoirs de briques surmontant l’ensemble des ouvertures fermées par des clés de voûte en pierre taillée, les deux baies en saillie superposées de chaque côté de la maison ainsi que les petites consoles placées en paires sous leurs corniches, démontrent la forte influence du style néo-italien. Au-dessus de l’entrée principale, un petit oriel blanc éclaire la façade. Cette maison se trouve encore dans un état de conservation exemplaire dû aux soins attentifs et assidus des fiers propriétaires successifs. 

*Vous pouvez traverser la rue Foster à la traverse piétonne et observer la prochaine maison (maison du Dr Ducharme) de l'autre côté de la rue Foster.