122 chemin Bradley : La Maison Miller

Voici la maison Miller. Bâtie en 1827 par Charles Miller (1768-1852), elle est une des plus anciennes maisons de Saint-Armand. Charles est le fils de Peter Miller, un des Loyalistes arrivés ici en 1784. Les Miller sont des Allemands émigrés dans la Province britannique de New York, dans le comté de Dutchess. Charles est parent par alliance avec son voisin Garrett Sixby, dont la maison figure aussi sur le Circuit du patrimoine bâti de Saint-Armand.

Charles est un homme d’affaires avisé. À sa mort, il laisse 2 300 acres de terres. Il a aussi été un des actionnaires de la Société de Bedford, un groupe de citoyens de Saint-Armand qui fondent cette compagnie en 1808. Le but des associés est de construire une route carrossable de chez-nous jusqu’à Saint-Jean-sur-le-Richelieu. Dans la charte qu’ils obtiennent du gouvernement, il est spécifié qu’ils peuvent placer des postes de péage à certains endroits de la route. Ainsi, pour traverser le pont de Pike River, le propriétaire d’une voiture à 4 roues doit payer 2 shillings et il en coûte 9 pence par bête à cornes!

Sa propriété ayant été endommagée par l’escarmouche impliquant les Patriotes lors de la bataille de Moore’s Corner en 1837, Charles adresse deux requêtes au gouvernement, l’une en 1842 et l’autre en 1847. Les archives ne mentionnent pas qu’il aurait obtenu de compensation financière.

Ses affaires obligent Charles à avoir une solide connaissance du droit civil. À la mort du juge de paix local, Philip Ruiter, Miller achète à l’encan les livres de droit de l’honorable juge.

La maison Miller, avec son avant-toit en saillie, sa grande porte centrée et ses trois lucarnes, est un bel exemple de cottage Regency, un type de résidence en vogue dans les années 1820 à 1840 chez les gens aisés.