La maison Pierre-Chapleau

Une authentique maison de style québécois

Photo source: Maison Pierre-Chapleau © SHRT, Inventaire du patrimoine bâti, 2012. Musique: C'est l'oiseau et l'alouette /Collection Edward Ermatinger des chants de voyageurs (avant 1830), interprétée au violon baroque par Olivier B. Brault, violoniste.


Joseph-Adolphe Chapleau

Photo de Joseph-Adolphe Chapleau (1840-1898).

Source : Le jeune Joseph-Adolphe Chapleau, Wikipedia, Domaine public.

Roderick-Burroughs Masson

Photo de Roderick-Burroughs Masson, dit «Roddy» (1884-1958)

Source : BAnQ, Vieux-Montréal, P650, Fonds Famille Masson

À propos de la maison de Charles-Baptiste-Bouc

Sur l’emplacement concédé en 1852 à Mlle Adélaïde Raby, s’élevait dans la moitié est une maison en pierre et une boucherie ayant appartenues à la famille de Charles-Baptiste Bouc, négociant et marchand. Député du comté d’Effingham (Terrebonne) au début du XIXe siècle, Bouc est expulsé de l’Assemblée du Bas-Canada autant de fois qu’il est élu par la population locale, c’est-à-dire 4 fois, en plus d’être condamné pour diverses fraudes entre 1799 et 1811. L’Assemblée doit adopter une loi spéciale pour le rendre inéligible.

Son fils Charles-Guillaume, l’un des leaders patriotes du comté est arrêté en janvier 1839 et est lui aussi condamné à l’exil en Australie par un tribunal militaire. C’est dans cette maison que se serait produite la fusillade entre les patriotes et les forces de l’ordre venues l’arrêter, dans la soirée du 5 novembre 1838.

Le policier Amable Loiselle est blessé de deux coups de feu et amené d’urgence au manoir seigneurial tout près. Charles-Guillaume Bouc profite de la confusion pour s’enfuir. Maison et boucherie ont été saisies pour dettes par Joseph Masson en 1843. On ne saurait dire quand ni comment la maison a été démolie.

Texte de la narration

Vous êtes tourné vers la maison Pierre-Chapleau, de l’autre côté de la rue.

Cette coquette maison de style québécois est construite en 1854 par le maître maçon Pierre Chapleau sur la moitié ouest d’un emplacement concédé à MlleAdélaïde Raby par Mme Geneviève Sophie Raymond deux ans auparavant. Adélaïde Raby serait la sœur de Germain Raby, agent de la seigneurie. Pierre Chapleau est le maître d’œuvre de la construction du Château Masson, entre 1851 et 1854.

Il est le père de Joseph Adolphe Chapleau, jeune protégé de Mme Masson qui étudie au Collège Masson, puis au Séminaire de Saint-Hyacinthe. Après des études en droit à Montréal, il est admis au barreau du Bas-Canada en 1861. Au décès de son père en 1863, il hérite de la maison qu’il vend en 1870 à Louise Rachel Mackenzie, épouse de Louis François Rodrigue Masson, fils de Geneviève Sophie Raymond, son principal rival politique dans le comté de Terrebonne. 

On ne saurait dire si Chapleau habite la maison paternelle à Terrebonne. Il devient le premier ministre du Québec de 1879 à 1882 et lieutenant-gouverneur de 1892 à 1898, fonctions également remplies par Louis François Rodrigue Masson de 1884 à 1887.

La maison demeure la propriété des Masson jusqu’en 1987. En effet, au décès de Mme Cécile Burroughs, épouse en secondes noces de Louis François Rodrigue Masson, elle devient la propriété de son fils Roderick Burroughs Masson, surnommé Roddy, qui achète les parts de ses frères et sœurs. Il y habite jusqu’à son décès en 1958 et la laisse en héritage à sa seconde épouse Geneviève Desjardins, fille de l’avocat, banquier et ancien maire de Montréal, Charles Alphonse Desjardins et d’Hortense Barsalou, fille de Joseph Barsalou, célèbre fabriquant du savon qui porte son nom. 

Geneviève Desjardins est décédée en 1985, à l’âge de 92 ans. La maison est encore aujourd’hui dans un état de conservation exceptionnel. C’est un bâtiment de valeur patrimoniale supérieure.

Merci de continuer votre visite. À bientôt.
 
Une présentation de la Caisse Desjardins de Terrebonne, partenaire officiel.



Excerpt of
Le front bourgeois de Terrebonne | Circuit historique

View the complete tour with the BaladoDiscovery app for free on Android or iPhone/iPad