École Normale de Mont-Laurier

Mont-Laurier répond à la pénurie d'institutrices


La construction de l'École Normale

Face à la pénurie d'enseignantes au Québec, Mgr Limoges demande aux Soeurs de Sainte-Croix d'établir une école Normale à Mont-Laurier. La construction est achevée en 1927.

Crédit : SHGHL L001-S16-SS5-D30-P01

L'École Normale

L'École Normale décorée à l'occasion du congrès eucharistique diocésain de 1952.

Crédit : SHGHL L001-S16-SS5-D31-P01

Le centre Christ-Roi

L'École Normale est devenue l'École aux Adultes.

Crédit : SHGHL L001-S16-SS5-D31-P09

École normale de Mont-Laurier - Version textuelle

Vous vous trouvez maintenant devant le centre Christ-Roi, une école aujourd’hui destinée à l’éducation aux adultes. Mais il y a de cela un siècle, le bâtiment avait une vocation éducative quelque peu différente.

En 1924, le Québec fait face à une pénurie d’institutrices. De nouvelles régions de colonisation s’ouvrent et les anciennes continuent de se développer. Des écoles de rangs poussent comme des champignons et il faut des enseignantes pour les combler. L’évêque de Mont-Laurier, Mgr Limoges, se lance donc dans le projet d’ouvrir une École Normale pour jeunes filles dans la capitale des Hautes-Laurentides. Cet établissement serait à même de former de jeunes institutrices, contribuant ainsi en partie à régler le problème de la pénurie.

Les travaux débutent en 1926 sous la direction de l’entrepreneur local Damien Boileau et selon les plans de l’architecte J. Sawyer de Montréal. L’École ouvre ses portes l’année suivante, en 1927. Sur la demande de Mgr Limoges, ce sont les sœurs de Sainte-Croix qui s’occuperont de la mission éducative de l’établissement, ces dernières ayant déjà pieds dans la région, dirigeant une école de pédagogie à Nominingue.

Les étudiantes se faisaient faire classe au premier et deuxième étages, le rez-de-chaussée étant réservé à des classes de première et de deuxième année du primaire que donnaient aussi les Sœurs de Sainte-Croix. Le troisième étage abritait les dortoirs des pensionnaires. Chacune avait un lit entouré d’un rideau pour l’intimité.

Les heures de récréation se prenaient obligatoirement sur la pelouse avant qui se trouve à vos pieds. Car derrière l’École Normale, de l’autre côté d’un petit boisé, se trouvait l’ancien séminaire Saint-Joseph, une école pour garçons. Les autorités religieuses évidemment ne voulaient pas que de jeunes filles et de jeunes garçons se côtoient ainsi, on forçait donc la séparation. Il va sans dire que plusieurs petits sentiers reliant les deux établissements d’enseignement ont été découverts dans le petit boisé en question…

L’École Normale conserve sa vocation de former des enseignantes jusqu’en 1966. Durant cette période, 1676 jeunes filles se voient diplômées par l’établissement. Le monde scolaire est alors en changement au Québec. Le rapport Parent a été publié et les jours d’existence des Écoles Normales sont comptés, les écoles de rang étant remplacées par des écoles centralisées et les institutrices sortant des Écoles Normales devant faire place aux éducateurs et éducatrices sortant des universités. Les Soeurs de Sainte-Croix annoncent la fermeture de leur établissement laurier-montois en janvier 1966. Jusqu’en 1971, le bâtiment sert de résidence pour les étudiantes de la polyvalente de même que pour les Sœurs de la congrégation qui enseignent toujours dans la région. Passé cette date, la propriété du bâtiment passe à la commission scolaire et on s’en servira de résidence et d’école d’éducation permanente, vocation toujours remplie aujourd’hui.



Share

On Facebook

On Twitter

With Messenger


Excerpt of
Circuit historique du centre-ville de Mont-Laurier

View the complete tour with the BaladoDiscovery app for free on Android or iPhone/iPad