Musée des quintuplés Dionne

Une sensation mondiale

Les quintuplées Dionne, nées le 28 mai 1934, sont les premières quintuplées connues à avoir survécu à l'enfance. Les filles identiques sont nées dans le village de Corbeil, juste à l'extérieur de North Bay, ON. Lorsque Yvonne, Émilie, Marie, Annette et Cécile Dionne sont nées, elles ont immédiatement fait sensation dans le monde entier. Dans ce musée de North Bay, vous pourrez découvrir leur vie et leur héritage.

L'emplacement

Dans les années 1980, la ferme en rondins qui abrite le musée a été déplacée de Callender à un endroit situé le long de la route 11 à North Bay, où elle a été ouverte au public jusqu'en 2015.

Le musée était en train de se délabrer, ce qui a suscité un grand débat sur la question de savoir qui devait être responsable de son entretien. En conséquence, le Dionne Quints Heritage Board a été créé pour protéger et assurer l'héritage des quintuplés Dionne.

La maison des Dionne a été transportée en 3 sections le matin du 19 novembre 2017 vers son nouvel emplacement dans le parc riverain de North Bay. Bien qu'elle ne soit ouverte aux visiteurs qu'en été, des visites sur rendez-vous sont possibles toute l'année.

Un événement historique

Le 28 mai 1934, cinq filles identiques sont nées d'Oliva et Elzire Dionne, une famille franco-ontarienne de la petite communauté de Corbeil, en Ontario. Leur naissance fut un miracle de l'époque, durant la difficile Dépression, les seules quintuplées à survivre plus de quelques jours.

Une bonne nouvelle

Les cinq filles - Yvonne, Annette, Cécile, Émilie et Marie - sont devenues une "bonne nouvelle" en cette période difficile. La nouvelle de cette naissance inhabituelle s'est rapidement répandue, déclenchée par la demande du frère d'Oliva au rédacteur en chef du journal local, qui voulait savoir combien il facturerait pour l'annonce de cinq bébés lors d'une seule naissance.

Très vite, des personnes de toute l'Amérique du Nord proposent leur aide. Des particuliers ont envoyé des fournitures et des conseils bien intentionnés (une célèbre lettre des Appalaches recommande de petites doses de whisky de seigle brûlé pour prévenir la diarrhée) ; un hôpital a envoyé deux couveuses.

Des bébés célèbres dans le monde entier

Quelques jours après la naissance des filles, Oliva Dionne a été contactée par des exposants de l'exposition Century of Progress de Chicago, qui souhaitaient exposer les quintuplées et les montrer au monde entier. (À l'époque, il n'était pas rare que des "bébés couveuses" soient exposés dans des foires et autres expositions). Les parents sont persuadés d'accepter sur les conseils du médecin présent à la naissance, le Dr Dafoe, et du prêtre de la famille, le père Daniel Routhier.

Les pupilles de la Couronne

Bien qu'Oliva Dionne ait révoqué le contrat quelques jours plus tard en invoquant le fait que sa femme, Elzire Dionne, ne l'avait pas signé et que, par conséquent, cela ne rendait pas le contrat valide, le Bureau du Tour prétendait le contraire et le 27 juillet 1934, le premier acte de tutelle était signé.

Oliva et Elzire Dionne ont confié la garde des quintuplés à la Croix-Rouge pour une période de deux ans afin de les protéger de ce contrat et, en contrepartie, la Croix-Rouge couvrirait tous les frais médicaux. 

Le premier ministre de l'Ontario de l'époque s'est servi de la tournée de vaudeville des Dionne comme excuse pour prolonger la tutelle, affirmant qu'il fallait sauver les bébés de toute exploitation supplémentaire.

Il fait adopter par le gouvernement la loi sur les quintuplées Dionne qui fait officiellement des filles des pupilles de la Couronne jusqu'à l'âge de dix-huit ans. Le gouvernement se rend compte de l'énorme intérêt du public pour les sœurs et entreprend de créer une industrie touristique autour d'elles. 

Zoo humain

En face de leur lieu de naissance, l'hôpital Dafoe, un complexe a été construit pour les cinq filles et leurs nouveaux soignants. Le complexe comprend un terrain de jeu extérieur entouré d'une arcade couverte qui permet aux touristes d'observer les sœurs derrière des écrans sans tain. Les sœurs étaient amenées sur le terrain de jeu deux ou trois fois par jour pour être exhibées devant la foule.

Limites

Le bâtiment principal de neuf pièces abritait une gouvernante, deux femmes de chambre et les quintuplées, tandis que la maison du personnel adjacente abritait trois infirmières et les trois policiers chargés de surveiller les filles. Les quintuplées ont été transférées de la ferme à cette pouponnière le 21 septembre 1934 et y ont vécu jusqu'à l'âge de neuf ans. 

Pendant qu'elles vivaient dans l'enceinte, les filles avaient un mode de vie quelque peu rigide. Soignées principalement par des infirmières, elles n'avaient qu'une exposition limitée au monde extérieur aux limites de l'enceinte, qui était bordée d'une clôture de barbelés de sept pieds (2,13 m). 

Faire connaître North Bay

Bien que les sœurs Dionne aient largement évité les feux de la rampe après Quintland, leurs naissances ont contribué à mettre North Bay sur la carte et ont changé la région à jamais.

La ville s'est développée avec de nouveaux motels et restaurants, et un meilleur accès à l'autoroute. Ce fut le plus grand catalyseur de la réforme de la région.

Fonds fiduciaire

Pendant son existence, l'entrée à Quintland était gratuite, mais le gouvernement de l'Ontario a mis de côté les revenus que les filles généraient grâce aux campagnes publicitaires et à la vente de souvenirs portant leur image - entre autres - dans un fonds en fiducie.

Cet argent était censé être destiné aux filles plus tard dans leur vie, mais la majeure partie a servi à payer les salaires des infirmières qui s'occupaient d'elles dans le parc d'attractions, des policiers qui dirigeaient la circulation et d'autres commodités comme le papier toilette pour les millions de touristes qui passaient par là.

Les Quints survivantes

À la fin des années 1990, les sœurs ont lancé une campagne pour que le gouvernement de l'Ontario organise une enquête publique sur la mauvaise gestion de leurs fonds. Elles ont finalement obtenu un règlement de 4 millions de dollars.
Aujourd'hui, Annette et Cécile sont les seules sœurs survivantes de ces célèbres quintuplées. Émilie est décédée en 1954, Marie en 1970 et Yvonne à 67 ans en juin 2001.

Maison familiale

Soucieuses de préserver leur propriété familiale, les deux sœurs survivantes ont accordé une rare interview au New York Times en 2017.

Soutenues par les résidents locaux, en particulier les personnes âgées qui se souvenaient des Dionne comme l'une des plus grandes histoires de leur vie, Annette et Cécile Dionne ont lancé un combat pour maintenir la maison et la garder à North Bay. Elles ont réussi.

Les Quint ont également contribué au lancement de la campagne "Adoptez un enfant", qui a permis à 800 orphelins de trouver un foyer - un record pour l'époque.



Share

On Facebook

On Twitter

With Messenger


Excerpt of
Manger, prier, aimer à la manière de North Bay

View the complete tour with the BaladoDiscovery app for free on Android or iPhone/iPad