Île Saint-Barnabé

Île Saint-Barnabé

Longue de 6 kilomètres (3 miles) et large d’à peine 300 mètres (384 pieds), l’île Saint-Barnabé est sise à 3 km (1 mile) de la rive, face au centre-ville de Rimouski. C’est Samuel de Champlain qui donna le nom à l’ile Saint-Barnabé, le 11 juin 1603, en l’honneur de la fête de... Saint-Barnabé!
Sa flore et sa faune représentent une source d'intérêt écologique : une dizaine d'orignaux y ont élu domicile, des familles de castors, de phoques gris et communs et plus de 120 espèces d'oiseaux, dont les grands hérons et les eiders à duvet qui ont choisi la baie de Rimouski comme zone d'alimentation. Des fouilles archéologiques y sont pratiquées depuis 2009.

Photo : Société de promotion économique de Rimouski
 


Île Saint-Barnabé

L’île offre maintenant des kilomètres de sentiers pédestres, un camping rustique d’où l’on contemple les plus beaux couchers de soleil au monde, et un programme d’interprétation portant sur l’histoire de l’occupation humaine au fil des ans.

Photo : Société de promotion économique de Rimouski


L'exposition "Une île habitée"

L’Espace Jaco-Lepage, construit avec des poutres et du parement extérieur recyclés de la vieille grange située sur l’île, présente l'exposition «Une île habitée» qui relate les faits marquants de la vie sur l’île, de l'ermite Toussaint Cartier à la famille Lepage en passant par la période de villégiature qu'elle a connue. On y présente également des objets antiques provenant de la dite grange et des artefacts retrouvés lors des fouilles archéologiques réalisées ces dernières années.

Information / Réservation des traversées :
(418) 723-2280, poste 3 / ilestbarnabe.com.
Départs de la Marina de Rimouski.

Photo : Société de promotion économique de Rimouski

 


Famille Lepage sur l'île Saint-Barnabé

Au début des années 1870, la famille de Louis-Jacques Lepage (des descendants des seigneurs Lepage de Rimouski) s'installe avec sa très nombreuse famille sur l'île Saint-Barnabé pour y vivre d'agriculture et de pêche.

Photo : UQAR - Archives régionales Collection Lionel-Pineau (UQAR-79-01-7)

Famille Lepage sur l'île Saint-Barnabé

La famille Lepage était loin de vivre en isolation. Chaque année, Louis-Jacques Lepage, dans sa goélette, se rendait à Québec pour y vendre le hareng salé qu'il capturait prêt de l'île. Il était également possible de traverser sans trop de difficultés les trois kilomètres (1 mile)qui les séparaient de Rimouski, en chaloupe l'été et en carriole l'hiver, grâce au pont de glace. Homme sociable et apprécié dans la communauté, Louis-Jacques recevait souvent ses amis rimouskois pour jaser et faire la fête.

Photo : Société de promotion économique de Rimouski

Source : Armand Dubé, La vie d'une grande famille insulaire, Courrier du Fleuve, mercredi 22 août 2012, p. 16.


Légende de l'ermite de l'Île Saint-Barnabé

« Toussaint Cartier, un jeune français marié en cachette en 1728, s'était enfui avec son épouse. Comme il remontait le fleuve, il décida de débarquer sur l'île Saint-Barnabé laissant sa femme et l'équipage à bord. Voulant retourner sur son bateau, il fut retardé par une tempête qui s'élevait. C'est ainsi que de l'île il vit mourir sous ses yeux sa femme et ses matelots. Il fit alors la promesse de passer le restant de sa vie sur cette île. »

Selon l’historienne Marie-Andrée Massicotte, Toussaint Cartier est âgé d’une vingtaine d’années lorsqu’il arrive à Rimouski, en 1728. Ayant demandé au seigneur Lepage la permission de se retirer sur l’île Saint-Barnabé afin d’y vivre en ermite – et sa requête ayant été acceptée, l’ermite s’installe vers le milieu de l’île, du côté sud, où il se construit une cabane et une petite étable. Il tire subsistance de la culture d’un lopin de terre et de l’élevage de quelques animaux domestiques : « Il traversait quelquefois à Rimouski pour assister aux offices religieux de la mission et, s’il gardait le silence sur lui-même, il savait se montrer agréable dans ses échanges avec les Rimouskois. » Il vécu sur l'île Saint-Barnabé jusqu'à sa mort, en 1767.

Sources :
- Association Touristique du Bas Saint-Laurent, Légendes du Bas Saint-Laurent.
- Marie-Andrée Massicotte, « Une île au large de la ville », Revue d'histoire du Bas-Saint-Laurent, Rimouski, vol. 19, no 2, juin 1996, p. 57-62.
-îlestbarnabé.com




Share

On Facebook

On Twitter

With Messenger


Excerpt of
Rimouski-Neigette | Circuit Est | Eaux douces et mer salée

View the complete tour with the BaladoDiscovery app for free on Android or iPhone/iPad