Les vélos reprennent le flambeau

Quand les vélos reprennent le flambeau

La construction de la route 8 et l’avènement de l’automobile furent un coup dur pour la PPJ qui n’a pas pu rester concurrentielle. Le service pour les passagers s’est achevé en 1959, suivi du fret en 1984. Une longue bataille commença alors pour préserver le corridor désormais dépourvu de ses rails. La MRC de Pontiac souhaitait acquérir la voie pour en faire un corridor récréotouristique : l’objectif était de relier la MRC de Pontiac et la ville de Gatineau par une voie cyclable, en passant par la municipalité de Pontiac. En 1987, elle a aquis la voie pour un dollar symbolique. Elle a eu toutefois à assumer des frais pour arrêter les travaux de démolition des ponts qui étaient prévus la même année.

Mais le projet faisait rage dans la municipalité de Pontiac, divisée entre les agriculteurs qui voulaient récupérer les terrains, et un comité citoyens en faveur d’un corridor récréatif. Le débat a duré des années sans que la municipalité ne tranche. La cause a été portée au Tribunal administratif du Québec qui a décidé en faveur des agriculteurs. Ce fut une épreuve pour la MRC de Pontiac qui s’est retrouvée avec une piste qui ne débouchait nulle part. Des solutions intermédiaires ont été trouvées et depuis 2010, la PPJ fait partie du réseau Route verte du Québec. Désormais, elle est raccordée jusqu’à Gatineau à l’est, et à l’Ontario à l’ouest, grâce à l’ajout de dix kilomètres supplémentaires à l’Isle-aux-Allumettes.




Excerpt of
Le Cycloparc PPJ: Une histoire de train dans le Pontiac

View the complete tour with the BaladoDiscovery app for free on Android or iPhone/iPad