Trapper aujourd'hui

Trapper aujourd'hui


Trapper aujourd'hui

Les coureurs des bois de ce siècle ont tiré de leurs prédécesseurs bien des techniques de piégeage tout en ayant élaboré, avec l’aide de vétérinaires, des pièges conformes aux lois imposées aujourd’hui . Au nombre de 10 000 au Québec, les trappeurs des temps modernes agissent de façon responsable en respectant la faune et l’environnement . La chasse illimitée est dorénavant révolue, même interdite .

Jadis, la trappe était avant tout une activité lucrative. Aujourd’hui, elle est une passion et une activité en plein air qui permet de contrôler une surpopulation de prédateurs et de protéger certaines espèces en voie d’extinction . D’ailleurs, la rage chez les ratons laveurs a une chance d’être enrayée grâce à la chasse des animaux infectés . Le rôle des trappeurs va donc bien au-delà de la vente de fourrures. L’activité est grandement encadrée et prend même un virage plus scientifique.

Une vingtaine d’espèces animales sont prisées pour leur fourrure de nos jours. Du côté des prédateurs, il y a les loups, les coyotes, les renards, les lynx et les ours noirs. Les petits animaux comme l’écureuil, la moufette, le raton laveur et le rat musqué font aussi partie des espèces chassées, de même que la belette, la loutre, le martre, le pékan, le vison et le castor . La chasse de l’ours polaire est réservée aux Inuits .

Le réseau de fourrure, bien que différent des premiers temps, demeure bien présent à Normandin. Les articles faits de fourrure tiennent bien au chaud l’hiver. Un service de taxidermie rend également possible l’achat de bêtes sculptées plus vraies que nature .




Excerpt of
Le commerce des fourrures: choc des cultures

View the complete tour with the BaladoDiscovery app for free on Android or iPhone/iPad