Saint-David-de-Falardeau

Église Saint-David

Au 161, boulevard Saint-David

Le nom de la paroisse Saint-David rend hommage à l’abbé David Roussel qui, en 1887, a réussi à y attirer les premiers colons originaires de Sainte-Anne de Chicoutimi.

En 1937, on fonde la paroisse, nomme un curé résident et érige une première église, dont les plans sont offerts par l’architecte saguenéen Léonce Desgagné et le terrain par Pitre Tremblay.

En 1967, l’augmentation de la population entraîne la construction d’une nouvelle église avant-gardiste conçue par les architectes Paul-Marie Côté et Léonce Desgagné. Inspirée du tipi amérindien et ayant la forme d’un cône tronqué à axe incliné, cette église fait partie de la lignée des temples modernes qui ont marqué l’architecture religieuse saguenéenne. Elle a été détruite en 2016.

Photo: SHS-F0533, P-000059-01

Les monts Valins et le Valinouët

Au 200, route du Valinouët

Le secteur est de Saint-David-de-Falardeau est dévolu aux activités touristiques. Le centre de ski alpin Le Valinouët, construit sur les flancs du mont Victor-Tremblay, est très fréquenté en hiver par les skieurs et les motoneigistes. On s’y rend par le sinueux chemin du Bras Nord qui borde par endroits la rivière Valin. Cette artère mène également vers la route panoramique du Parc national des Monts-Valin, qui incarne la nordicité avec une nature à la frontière de la forêt boréale et de la toundra. Des sentiers de ski et de raquette sillonnent ce secteur en hiver.

Vedette incontestée des lieux, le sentier de la Vallée des Fantômes permet d'accéder au pic Dubuc en traversant une forêt de spectres blancs dont la base est ensevelie sous plusieurs mètres de neige.

Photo: Sophie Gagnon-Bergeron

Bleuetières

Sur le chemin de la Bleuetière

L’activité agricole est présente dans le secteur ouest de Saint-David-de-Falardeau, notamment par la culture du bleuet qui occupe une large étendue à l’ouest de la rivière Shipshaw et du lac Sébastien. Une entreprise familiale de la municipalité cultive depuis la fin des années 1970 ce petit fruit très populaire. Les champs offrent aux visiteurs un paysage aux couleurs uniques en automne.

Photo : Sophie Gagnon-Bergeron

Chute-aux-Galets

Sur le chemin Chute-aux-Galets

Dès 1919, Chute-aux-Galets représente le « centre nerveux » du complexe hydroélectrique de la Compagnie Price sur la rivière Shipshaw. Lors de sa construction, tout le matériel est tiré à travers la forêt par des chevaux et 18 bêtes sont nécessaires pour le seul transport d’une turbine. L’ingéniosité et le travail requis à l'époque dépassent notre entendement moderne.

En plus de la construction de centrales et de barrages, le cours de la rivière Shipshaw a été modifié et des dalles ont été érigées. Le site est aujourd’hui bordé de sentiers d’où l’on peut admirer le paysage. Le haut de la chute se forme en escaliers caractérisés par l’érosion calcaire, donnant ainsi au canyon un relief particulier.

Photo: BAnQC-P666,S12,SS11,D64,P238

Centrale Adam-Cunningham

Sur le chemin du lac Brochet

Les barrages Adam-Cunningham et Jim-Gray ont été érigés pour combler les besoins énergétiques de l’industrie des pâtes et papiers de la Compagnie Price. La centrale Adam-Cunningham fait partie du complexe hydroélectrique présent sur la rivière Shipshaw depuis 1919. Elle desservait autrefois en énergie électrique le moulin de Kénogami. Ces installations hydroélectriques rappellent le lien indéniable entre cette industrie et le développement du territoire falardien.

Photo : SHS-FPH-65-04614



Excerpt of
La MRC du Fjord-du-Saguenay, espace d'inspiration

View the complete tour with the BaladoDiscovery app for free on Android or iPhone/iPad