Ferme de Roussy

Depuis 11 générations

C’est en 1658, à l’époque des bâtisseurs de la Nouvelle-France, que François Hébert dit le Comte de Roussy et sa femme s’établissent ici afin d'y défricher leur terre pour ensuite commencer à la cultiver. Onze générations se sont succédées depuis, et les descendants de la famille Hébert exploitent toujours la terre d’origine du premier ancêtre.

Source : Site de la ferme Hébert.

À propos de la famille Hébert

Photo source: fresque sur une porte de la Ferme de Roussy


Le découpage des terres

En Nouvelle-France, en raison de l’importance des échanges par voie fluviale, les terrains concédés le long de la Côte-de-Beaupré ont une forme allongée. Ainsi, chaque ferme dispose d’un accès au fleuve et de terres propices à la culture, mais aussi de terrains boisés. En 1683, Mgr de Laval fait tracer un chemin entre la chute Montmorency et le Cap Tourmente : le « Chemin du Roy », qui permettra d’améliorer sensiblement les communications par la terre.

Photo : Vue aérienne de L’Ange-Gardien (W. B. Edwards Inc, 1947. Archives de la Ville de Québec)


Une agriculture locale en mutation

Sur la Côte-de-Beaupré, depuis les années 2000, la superficie des terres agricoles cultivées se maintient autour de 8 500 hectares. L’agriculture de la Côte-de-Beaupré était auparavant orientée vers l’autosuffisance, avec la culture maraichère et l’élevage du bétail.

Au XXIe siècle, les producteurs veulent atteindre de nouveaux marchés. Ils ciblent notamment la clientèle touristique et les consommateurs en quête d’authenticité, en orientant la production vers des spécialités régionales telles que les micropousses, les baies d’argousier, les tartes et les confitures.

Photo : Préparation des légumes pour le marché (Omer Beaudoin, 1952. BANQ, E6, S7, S11, P94140-52.)



Excerpt of
Vivre la Côte-de-Beaupré - Excursion patrimoniale

View the complete tour with the BaladoDiscovery app for free on Android or iPhone/iPad