Maisons de nos docteurs

Au 1, rue Shaw et 4724, rue Foster


La maison du Dr. Jameson, au 1, rue Shaw

Avec un salaire moyen de 1 $ par jour à la fin du XIXe siècle, recourir au médecin n’est pas à la portée de toutes les bourses. Pour un accouchement, une « maladie de femmes », selon les termes employés à l’époque, il en coûte 5 $ si le travail se limite à 6h;  pour chacune des heures additionnelles, il faut ajouter 0,50 $. Une visite du médecin à domicile pendant le jour, à moins d’un mille de distance de son cabinet, vaut 1 $ et 0,50 $ de plus pour une visite de nuit. Quant à l’administration de l’éther, elle augmente la facture de 2 $ à 5 $.

La maison du Dr Ducharme, au 4724, rue Foster

Au moment où le docteur Ducharme construit sa résidence, au début des années 1870, il y a peu de vaccins et de remèdes efficaces à soulager ou guérir les malades. De plus, les conditions d’hygiènes sont déficientes et favorisent la prolifération des maladies infectieuses.

Les principales causes de décès sont alors la scarlatine, la typhoïde, la rougeole et les affections pulmonaires diverses. Ces maladies s’attaquent surtout aux enfants, ce dont les cimetières de la région témoignent éloquemment. En 1870, il meurt autant d’enfants dans la MRC de La Haute-Yamaska, qui compte 12 000 personnes, que dans toute la Montérégie actuelle, qui rassemble 1,5 million d’habitants.

*Vous pouvez continuer à marcher jusqu'à la rue St-Joseph pour rejoindre la prochaine maison.



Excerpt of
Waterloo - Sur les traces de nos fondateurs

View the complete tour with the BaladoDiscovery app for free on Android or iPhone/iPad