Une mission plurielle

Une mission plurielle

Photo source: (APFM)


Des fillettes devant la Maison mère

Photo: (APFM)

L'orphelinat de Worcester

Des fillettes et des religieuses devant l'orphelinat de Worcester.

Photo: (APFM)

Les hôpitaux

Des religieuses au travail dans une salle d'opération.

Photo: (APFM)

Les écoles ménagères

Les religieuses préparent les jeunes filles à remplir leur rôle de « maîtresse de maison ».

Photo: (APFM)

La musique

Les Petites Franciscaines de Marie enseignent la musique et l'intègrent à leur programme scolaire.

Photo: (APFM)

Les écoles

Les élèves de l’école des Éboulements à l’ouverture en 1925.

« […] Il faut rappeler la contribution de la communauté [des Petites Franciscaines de Marie] à l'œuvre éducative qu'elle a accomplie sans jamais perdre le souci des pauvres. Aux États-Unis, dans des écoles d'expression française, l'éducation est vite entrée dans son champ d'action. Le Père Fafard lui-même envoya ses filles ouvrir un pensionnat à Wallagrass, dans le Maine, de 1898 à 1913, puis de 1920 à 1957. En majeure partie d'origine canadienne, la population du petit village peut dès lors compter sur des enseignantes de langue française. À partir de 1901, l'expansion va bon train et de nouvelles écoles sont fondées : Marinette (Wisconsin), 1901-1923; Menomenee (Michigan), 1907-1923; Marquette (Michigan), 1911-1923; Skowhegan (Maine), 1902-1909; Auburn (Maine), 1904-1975; Fort Kent (Maine), 1906-1971.

Au Québec, c'est à partir de 1912 que les Petites Franciscaines de Marie prennent place dans l'enseignement. Une expérience de 13 ans (1912-1925) à Edmonton permit de constater que la conquête des qualifications requises pour enseigner dans cette province [Alberta] serait démesurément onéreuse pour la communauté et le retour au Québec se révéla sage. D'autant plus que les appels allaient se multipliant pour couvrir d'écoles villes et villages de chez nous. Ce fut d'abord dans Charlevoix, à Pointe-au-Pic (1912-1988) et Saint-Urbain (1914-1976), à Saint-Tite-des-Caps (de 1917 aux années 1990) puis dans Montmorency, que les Franciscaines s'occupèrent d'enseignement.

Par la suite, de nouvelles écoles s'ajoutèrent, un peu partout au Québec : Tadoussac, Les Escoumins, Clarke City, Les Éboulements, Saint-Cœur-de-Marie, Dolbeau, Saint-Nazaire (Lac Saint-Jean), Saint-Honoré, Dubuc, Petite-Rivière-Saint-François, Saint-Bernard-sur-Mer, Saint-Irénée, Saint-Aimé-des-Lacs, Omerville, Stanstead, Saint-Louis de l'Ile-aux-Coudres et Saint-Augustin (Lac Saint-Jean). On y dispensait des cours de niveaux primaire et secondaire. »

Source : https://archivescanada.accesstomemory.ca/fonds-petites-franciscaines-de-marie

Photo: (APFM)

L’école Saint-Louis de Fort Kent

Photo: (APFM)

L’école Saint-Louis de Fort Kent

Sœurs Irène Rioux et Marie-Céleste accueillent des jeunes filles intéressées à s’inscrire à l’école de Fort Kent en 1970.

Photo: (APFM)

L’école de Wallagrass aux États-Unis

Photo: (APFM)

Les couvents

Les élèves de Tobique au Nouveau-Brunswick vers 1925.

Photo: (APFM)

Petite-Rivière-Saint-François

Le couvent de Petite-Rivière-Saint-François dirigé par les Petites Franciscaines de Marie de 1947 à 1965.

Photo: (APFM)

Le couvent de Saint-Bernard-sur-Mer en 1950

Photo: (APFM)

Le couvent de Saint-Cœur-de-Marie en 1928

Photo: (APFM)

Le couvent et l’école de Saint-Tite-des-Caps, 1960

Photo: (APFM)

Le visage de ces écoliers

Élèves de l’école Saint-Honoré
Dans les annales de 1939, on fait un dénombrement des écoles. En voici les statistiques :

« Diocèse, Année de fondation, Nombre de classes, Élèves (garçons et filles) Total
Chicoutimi
                Pointe-au-Pic, 1913, 5, 75, 104  
                Saint-Urbain, 1914, 5, 77, 84      
                Saint-Siméon, 1921, 4,   111        
                Tadoussac, 1924, 5, 54, 75          
                Les Éboulements, 1925 , 4, 58, 47
                Dolbeau, 1928, 8, -, 295
Sainte-Cœur de Marie, 1928, 4, 45,
Les Escoumins, 1929, 5, 91, 99
Montréal
                Saint-François-Solano, 1912, 17 , 104, 463
                Saint-Jean-Vianney, 1920, 9, -, 289
Québec
                Saint-Tite des Caps, 1917, 4, 61, 82
Vic. Du G. Saint-Laurent
                Clarke City, 1924, 4, 70, 63
Portland (Maine, É-U.)
Auburn , 1904, 11, 272, 240
Fort Kent, 1906 , 18, 357, 341    
Eagle Lake, 1916, 5, 104, 103
Wallagrass, 1920, 4, 49, 62 »

Photo: (APFM)

Élèves de l’école de Pointe-au-Pic

Photo: (APFM)

Élèves de l’école de l’Ile-aux-Coudres

Photo: (APFM)

Les croisées de l’école Saint-Cœur de Marie

Photo: (APFM)

La classe de 3e à Saint-Cœur-de-Marie en 1939

Photo: (APFM)

Les hôpitaux

Hôpital de Fort Kent (Maine, É.-U.). Sœur M.-Joseph-Émile (Amilda Cyr), sœur M.-des-Archanges (Hélène Sylvain), Mme Pierre-Paul Dufour. 

Dans les annales de 1939, on dénombre trois hôpitaux, en plus de celui de Baie-Saint-Paul : Eagle Lake (États-Unis) fondé en 1906, Clarke City (Québec) fondé en 1924 et Sainte-Anne-de- Beaupré fondé en 1934. Depuis leur fondation, 11 547 malades ont séjourné dans les hôpitaux de la congrégation.

Bien d’autres hôpitaux seront gérés par les Petites Franciscaines de Marie. En voici quelques-uns.

Photo: (APFM)

Le Peoples Benevolent Hospital de Fort Kent

Le Peoples Benevolent Hospital de Fort Kent (Maine, É.-U.) ouvre en 1952.

Photo: (APFM)

L’hôpital de Saint-Jean-Port-Joli

Photo: (APFM)

Le Northern Maine General Hospital

Le Northern Maine General Hospital en 1934 à Eagle Lake (Maine, É.-U.).

Photo: (APFM)

Les orphelinats

Visite officielle à la crèche de l’Orphelinat de l’Immaculée Conception au Saguenay en 1956. À gauche, sœur Cécile Lajoie, responsable de la crèche. Au centre, sœur Marie-de-Nazareth, supérieure de l’orphelinat.

 « […] En toute fidélité à l'œuvre première de Baie-Saint-Paul, où le curé Fafard avait d'abord abrité des vieillards, à celle de Worcester, où la survivance de la communauté avait exigé dès 1897 que l'orphelinat devienne un foyer pour personnes âgées, l'ouverture de nouvelles maisons ne se fit pas attendre. Montréal vit surgir et disparaître la Résidence Saint-François-Solano (1916-1972), la Résidence Morin (1922-1987) et la Résidence Sainte-Brigide (1925-1963). Le Pavillon Louvain, propriété d'une corporation privée, fut dirigé par la communauté de 1972 à 1987. De même, l'Accueil Notre-Dame-de-Beaupré fut d'allégeance franciscaine de 1971 à 1984, et le Foyer de Sainte-Perpétue (L'Islet) de 1973 à 1987. La communauté a également tenu deux orphelinats: l'Orphelinat Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus à Saint-Jean de Québec (1925-1977), devenu plus tard le Centre familial Thérèse-Martin, et l'Orphelinat de l'Immaculée Conception à Chicoutimi (1931-1970).  »

Source : https://archivescanada.accesstomemory.ca/fonds-petites-franciscaines-de-marie

Photo: (APFM)

L’Orphelinat Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus

L’Orphelinat Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus, tel qu’il apparaissait en 1926.

Photo: (APFM)

L’Orphelinat de l’Immaculée Conception

L’Orphelinat de l’Immaculée Conception ouvre le 28 août 1931.

Photo: (APFM)

Les orphelins

12000 enfants ont été accueillis à l’Orphelinat entre 1931 et 1968.

Photo: (APFM)

Les hospices

Quatre pensionnaires de la Résidence Sainte-Brigide à Montréal en 1959.

Dans les annales de 1939, voici les hospices qu’on dénombre :

« Hospices          Année de fondation       Pensionnaires actuels :  Pensionnaires depuis l’ouverture
Worcester (États-Unis)     1898     166     1 824
Montréal
Saint-Francois-Solano     1916     42     333
Hospice Morin                  1922     67     317
Sainte-Brigide                   1925    105     405 »

Photo: (APFM)
 

La mission de Madagascar et d’Haïti

Dispensaire de Corail, Haïti

« Plusieurs levées de fond ont été nécessaires pour financer la mission de Madagascar. Les familles des missionnaires, les associés et les bazars y ont contribué, ainsi que le film "La guerre des tuques". La production avait dans sa mire une maison de la rue Leblanc, où une communauté de Franciscaines habitait. Les sœurs ont accepté de louer afin d'envoyer l'argent de la location à Madagascar. »

Photo: (APFM)

L'enseignement ménager

Sœur Marthe au cours d'enseignement ménager, 1988-1989.

Photo: (APFM)

Les cultures maraîchères

Culture maraîchère à Maintirano, 1991-1993 (préparation du terrain de la rizière).

Photo: (APFM)

Une célébration

Messe d'action de grâce, fin de l'année scolaire 2004-2005. Église de Morafinobe, 16 juin 2005.

Photo: (APFM)

Atelier de vannerie

Photo: (APFM)

Produits récoltés par les élèves

Produits récoltés par les élèves (1991-1993, exposition de l'école).

Photo: (APFM)

L’enseignement de la musique

Écoutez sœur Carmen Gravel nous parler de l’enseignement de la musique : https://www.ecdq.tv/la-passion-de-renee-et-soeur-carmen/

Photo: (APFM)
 

L’avenir des Petites Franciscaines de Marie

Pour écouter les religieuses parler de l’avenir de la congrégation, nous vous invitons à écouter la capsule vidéo disponible ici : http://www.ecdq.tv/125e-des-petites-franciscaines-de-marie/



Excerpt of
Circuit Fil Rouge des Petites Franciscaines de Marie

View the complete tour with the BaladoDiscovery app for free on Android or iPhone/iPad