Le square Rouleauville

Flânerie au Square Rouleauville

Photo source: Alamy Stock Photo / Michael Wheatley ; Voix: Sandra Gagnon


La murale du Square Rouleauville

Cette murale, créée par James Marshall, fait face au chemin Notre-Dame, aujourd'hui la 17ème avenue.

Elle dépeint des scènes quotidiennes de l'époque et met en valeur les édifices importants de Rouleauville.

Il est, pour une fois, permis de toucher une œuvre d'art. Alors fermez les yeux et décryptez du bout des doigts cette murale, afin de mieux comprendre la finesse de ce travail extraordinaire!

Photo: Le Corridor, 2019.

Le médaillon central

Dans le médaillon central, on peut voir les portraits des frères Charles et Édouard Rouleau, originaires de l'lle Verte, au Québec. Ces deux francophones venus s'établir ici au 19e siècle ont été très influents. À tel point que les autorités locales de l’époque ont décidé d’attribuer le nom de Rouleauville à tout le secteur. Le cœur de Rouleauville se trouvait d'ailleurs ici-même.

Plusieurs autres familles sont venues du Québec dans la même période, selon le souhait du père Lacombe et des Oblats, alors que Rouleauville n'était qu'un petit village isolé, peuplé de catholiques parlant principalement le français. Ces nouveaux arrivants ont été aidés par les services d'assistance à l'immigration de l'église catholique.

Les visages des frères Rouleau se trouvent aujourd'hui gravés entre la représentation de l'école St. Mary’s et celle de l’hôpital Holy Cross (anciennement l'hôpital Sainte-Croix), deux institutions qui représentent initialement des emblèmes de la langue française et de la foi catholique qu’ils chérissent.

Photo: DCCLIC, Les frères Rouleau, 2019.

James Marshall, un artiste passionné

James Marshall aime le patrimoine et se bat pour le préserver. Artiste et historien originaire de Medicine Hat, en Alberta, il crée de nombreuses murales en briques représentant des scènes religieuses, historiques, ainsi que des instantanés de la nature qui nous entoure.
 
Ce sculpteur défie la brique et ses caprices. En effet la dureté de celle-ci offre de nombreux défis quant à son utilisation. James Marshall enchante nos yeux par la finesse et le détail de ses œuvres. 

James Marshall est très prolifique, connu pour ses croquis de bâtiments historiques et d'habitants emblématiques des Prairies. Il partage son talent sur les murs de maisons, d'entreprises, d'écoles et de bureaux gouvernementaux en Alberta.

Ses murales sont exposées partout au Canada et même à l'étranger. Ses poteries et ses sculptures en argile sont des pièces plus rares et tout aussi extraordinaires.

Photo: James Marshall à gauche accompagné de son maçon, Shayne Kruger, pour la phase d'installation des briques lors de la rénovation de la murale après que celle-ci fût endommagée par une voiture. (Crédit James Marshall).

Parmi les 7 grands: le père Doucet

Léon Joseph Doucet est né en France le 7 janvier 1847. Il est membre d'une famille de cinq enfants et est entré chez les Oblats de Marie-Immaculée le 8 septembre 1867. 

Très timide, il a rejoint l'évêque Grandin dans le Nord-Ouest (Saint-Albert). Ce voyage a duré cinq mois. Il y termine ses études en 1870 et devient le premier prêtre a être ordonné en Alberta.

En tant que missionnaire, il a travaillé avec les Premières Nations Cris dans le nord de l'Alberta sous l'égide de l'Évêque Grandin. Il a ensuite été affecté le 15 mai 1875 à Notre-Dame-de-la-Paix, la «vieille mission» le long de la rivière Elbow. 

Lorsque la Police Montée du Nord-Ouest arrive en septembre 1875, le père Doucet fut le premier à les accueillir. Il passa finalement le reste de sa vie active comme missionnaire dans le sud, principalement dans les réserves Pieds-Noirs, des Gens-du-Sang et Piégan, mais aussi de nombreuses années à Blackfoot Crossing où il baptisa le chef Crowfoot sur son lit de mort. 

Le Père Doucet a pris sa retraite en 1938. Il était dans sa 96ème année et sa 72ème année de prêtrise. Quatre mille personnes, Premières Nations, prêtres et amis lui ont rendu hommage alors qu'ils assistaient aux derniers rites de cet homme paisible et tranquille souvent appelé «le Petit Agneau de Dieu».

Source: Dictionnaire biographique du Canada; Suzanne de Courville Nicol - Présidente du Bureau de visibilité de Calgary; Denis Perreaux - Historien et directeur de la Société historique francophone de l'Alberta.

Photo: Glenbow Archives (NB-16-164, non-daté) Portrait du père Doucet

Les étapes de la création d'une murale

Photo source: Production et Réalisation: Dany Côté - DCCLIC; Arnaud Barbet; Documentation James Marshall




Excerpt of
Rouleauville, le quartier historique francophone de Calgary

View the complete tour with the BaladoDiscovery app for free on Android or iPhone/iPad