Monseigneur de Laval et Le Séminaire de Québec

Monseigneur de Laval - Le Séminaire

Photo source: Wikipedia sous la rubrique "Séminaire de Québec". 


Histoire du Séminaire

Suivant les propositions du Consile de Trente, François de Laval, alors vicaire apostolique de la Nouvelle-France, réunit en 1663 ses prêtres en communauté ou société apostolique. Ceux-ci étaient au service des paroisses et chargés de la formation des futurs prêtres au Grand Séminaire. C'est dans le presbytère de l'évêque qu'ils habiteront jusqu'à l'inauguration d'une maison plus spacieuse en 1677. Entretemps, monseigneur de Laval avait dès 1665 rattaché son œuvre au Séminaire des Missions étrangères de Paris, voulant favoriser la venue de prêtres pour travailler dans les coins les plus reculés de l'Amérique française. Cette association explique la présence de plusieurs ornements comportant les initiales SME encore aujourd'hui dans les bâtiments du Séminaire. Le sigle SME pour «Séminaire des Missions-Étrangères» nous ramène aux origines du Séminaire de Québec. Le sigle SME continue d'être utilisé comme un héritage et une volonté de fidélité à la vocation du Séminaire dans de nouveaux contextes sociaux et culturels. Les lettres SME surmonte encore la porte-cochère du Vieux-Séminaire au 1, côte de la Fabrique dans le Vieux Québec. Toutefois, la dénomination "Séminaire des Missions Étrangères de Québec" qui figure encore dans les cahiers de procès-verbaux dans les années 1940 n'est plus utilisée de façon officielle depuis l'adoption de la Loi du Séminaire de Québec par l'Assemblée nationale le 17 mai 1979. Jusqu'en 1965, les règlements du Séminaire de Québec s'intitulaient "Constitutions et règlements du Séminaire des Missions Étrangères et épiscopal de Québec" en continuité avec les règlements hérités de Mgr Briand (1768) au début du Régime anglais. 

En 1668, une résidence d'élèves qui étudient au Collège des Jésuites est inaugurée : le Petit Séminaire de Québec, qui deviendra ensuite une résidence vocationnelle pour ceux qui souhaitaient entrer au Grand Séminaire. Après la Conquête, le Petit Séminaire devient un collège en remplaçant le Collège des Jésuites, transformé en caserne. Les prêtres du Séminaire deviennent des enseignants.

Source: Wikipedia sous la rubrique "Séminaire de Québec". 

Texte de la narration

Papi :   On a parlé plus tôt de Monseigneur de Laval. J’aimerais vous en dire un peu plus à son sujet. Parlons de sa responsabilité épiscopale. 

Guillaume : Papi, c’est quoi le mot épiscopal ?

Papi :   Et bien, en disant responsabilité épiscopale on met simplement l’accent sur le fait que ce sont des responsabilités et des fonctions relevant de l’évêque. Épiscopal signifie donc simplement appartenant à l’évêque ou relatif à l’évêque. Tu as compris ?

Guillaume : Oui, merci Papi. 

Papi : Bon, revenons à Monseigneur de Laval, évêque de la Nouvelle-France. Sa première tâche à son arrivée était d’instaurer l’Église canadienne. À son arrivée en 1659, il y avait quatre églises en Nouvelle-France ; Québec et Château-Richer avec chacune une église en pierre.  Montréal et Sainte-Anne-de-Beaupré avaient des églises en bois.  À ça, on pouvait ajouter trois églises missionnaires de la communauté Jésuite à Sillery, à Tadoussac et à Trois-Rivières. Finalement, il y avait trois chapelles à Québec soit celles des Ursulines, des Jésuites et de l’Hôtel-Dieu. C’est bien peu tout ça.  Alors, pour établir cette Église canadienne,

Monseigneur de Laval décide de créer le Séminaire de Québec. Ce séminaire est officiellement né en 1663. Ce séminaire a servi à former des prêtres qui ont officié dans les nouvelles églises que Monseigneur Laval a  fait construire. Le séminaire a aussi servi à subvenir aux besoins spirituels et matériels de ces prêtres. Vous vous souviendrez aussi que Mgr de Laval a acheté de sa poche les terres de la Seigneurie de Beaupré. Et bien pour que le séminaire ait des moyens financiers pour assurer sa subsistance, son plan était d’en faire cadeau au Séminaire. Manifestement, on ne peut pas nier les intentions louables de Monseigneur de Laval.



Excerpt of
Histoire et légendes de Château-Richer | Circuit de 11,6 km

View the complete tour with the BaladoDiscovery app for free on Android or iPhone/iPad