La pêche à Château-Richer

La pêche à Château-Richer

Photo source: Centre de Généalogie, des Archives et des Biens Culturels de Château-Richer


L'industrie de la pêche

La pratique de la pêche et de la chasse permet aux habitants de survivre et de varier leurs menus quotidiens. Les terres bornées au fleuve Saint-Laurent, alors pur et regorgeant d'une bonne variété de poissons, privilégient les habitants de la Côte-de-Beaupré. On y pêche principalement de l'anguille, de l'esturgeon, du bar, de l'éperlan, du poulamon et du saumon de l'Atlantique. En 1692, Frontenac affirme que la pêche sur la Côte-de-Beaupré est "la manne de l'habitant". Outre le fleuve, les pêcheurs vont taquiner la truite dans les ruisseaux et les rivières, nombreuses sur le territoire. 

Entre autres techniques de pêche, il arrive à l'habitant de capturer son poisson dans des "pêches" si bien illustrées par le peintre Thomas Davies en 1787. Il s'agit d'une installation formant un parc en forme de fer à cheval. 

La pêche est une activité saisonnière du printemps et de l'automne. La plus spectaculaire, sur la Côte-de-Beaupré et à Château-Richer, est la pêche de l'anguille. Au milieu du XIXe siècle, on peut dénombrer plus de 130 pêches à l'anguilles réparties sur la Côte et sur l'île d'Orléans. Par contre, avec tous les bouleversements causés par la construction d'une voie ferré puis d'un boulevard, elles n'existent pratiquement plus depuis les années 50. Par ailleurs, avant l'adoption d'un mode de gestion des matières résiduelles et le traitement des eaux usées, les vidanges étaient jetées au fleuve. Tout pour chasser les poissons... 

L'abondance de quais et une industrie maritime vigoureuse au XIX siècle ont certainement favorisé la pratique de la pêche les pieds pendants au bout du quai ou dans un canot. 

À des fins plus commerciales, on se rappelle des pêches de Léopold Laplante. Les amateurs d'éperlan se rendaient au hangar de M Laplante et pouvaient s'y procurer le nombre de livres d'éperlan qu'ils voulaient. 

Benoît Davidson, aidé de son frère Adrien, résidant en haut de la côte de la Chapelle, ont aussi longtemps installé des pêches. À la nuit tombée, ces derniers partaient en chaloupe quérir le poisson dans les filets et les coffres installés dans le fleuve; anguille, bar rayé, esturgeon, loche, petite morue, etc. M. Davidson en faisait le commerce et avait aménagé le sous-sol de sa résidence en conséquence.

Adrien Davidson raconte dans un reportage télévisé portant sur le Festival Arts et Reflets: "À marée basse, fallait aller scéner ça. La nuit, on avait des surprises. Y'avait des rats musqués qui nous pinçaient. Des fois, y'avait des sangsues de mer. Faut prendre une allumette puis leur brûler le bout de la queue. Ça pouvait siffonner sur le poisson aussi." 

D'autres se rappellent les esturgeons d'une grosseur impressionnante, pêchés par les Caseault. On parle de six pieds de longueur. Les gens se rendaient également à la maison des Caseault, située au pied de la côte de la Chapelle et aujourd'hui démolie, pour y acheter leurs anguilles, leurs éperlans ou leur esturgeon. L'un des derniers, voire le dernier, à pêcher l'esturgeon dans le fleuve est Omer Laplante. 

Outre le fleuve, les rivières et les lacs, situés dans les concessions de Saint-Achillée, sont également prisés par les amateurs de pêche. 

Au temps des hivers. des vrais gros hivers comme il ne s'en fait plus, le pont de glace gelait solide à Château-Richer. Lorsqu'il était sécuritaire de s'y aventurer, on pratiquait la pêche blanche. D'abord, on construisait une petite cabane de bois très rudimentaire, dans laquelle on façonnait un banc pour les pêcheurs. Une tranchée était ouverte et une rampe évitant d'y plonger était installée pour la protection des pêcheurs. L'appât idéal était sans contredit le morceau de foie. On y pêchait alors le poulamon. 

Source: Buteau, Lise (2005). « Château-Richer, Terre de nos ancêtres en Nouvelle-France », pages 218-221

Texte de la narration

Papi : Je vous ai déjà dit que le fleuve St-Laurent borde Château-Richer sur toute sa longueur. En fait, les terres ont été découpées de façon étroite et profonde afin de donner à tous les colons un accès au fleuve. Le fleuve était indispensable à la survie au début de la colonie. À l’époque de la colonisation, l’eau du fleuve était pure et limpide et non pas cette soupe brune que l’on voit aujourd’hui. Le fleuve était aussi très poissonneux. Vous pouvez me dire une espèce de poisson que les gens pêchaient à cette époque ?

Guillaume : Le saumon ?

Papi : Oui Guillaume

Delphine : La truite ?

Papi : Oui et non Delphine. À cette époque, il n’y avait pas de truite brune ou grise dans le fleuve, car ce ne sont pas des espèces endémiques au Québec. Ce sont les Européens qui ont ensemencé ces espèces de poissons dans nos cours d’eau, vers la fin du XIXe siècle. L’habitant pouvait cependant pêcher la truite rouge dans les rivières et les lacs. Pour en revenir au fleuve, l’habitant pêchait bien le saumon, comme l’a dit Guillaume, mais aussi l’esturgeon, l’anguille, le bar, l’éperlan et le poulamon. 

Papi : Une des pêches commerciales les plus profitables a certainement été la pêche à l’anguille. On dénotait, au XIXe siècle, 130 pêches à l’anguille le long de la Côte-de-Beaupré et sur l’île d’Orléans. J’ai apporté une illustration du XVIII siècle où l’on peut voir ces pêches à l’anguille.

Papi : Plusieurs facteurs viendront éventuellement éliminer  la pêche le long du rivage. Vous pouvez peut-être m’en nommer quelques-uns ?

Guillaume : La pollution de l’eau ?

Papi : Oui Guillaume, le rejet direct des égouts dans le fleuve pendant de longues années a contribué à éloigner le poisson.

Delphine : La construction du chemin de fer et du Boulevard Sainte-Anne ?

Papi : Ce sont deux facteurs importants assurément, car cette construction a bouleversé le littoral et a rendu son accès difficile. 



Excerpt of
Histoire et légendes de Château-Richer | Circuit de 11,6 km

View the complete tour with the BaladoDiscovery app for free on Android or iPhone/iPad