Parc des Vétérans

Un appel à la contemplation

Photo source: Productions BVS Voix: René-Paul Lacombe


Histoire du parc des Vétérans

Au tout début du XXe siècle, une mince bande de terre existait entre le lac Mégantic et la « Lake Avenue », aujourd’hui boulevard des Vétérans. Elle fut élargie durant la crise économique par du remplissage.

Ces travaux ont permis la création du parc des Vétérans nommé ainsi à la fin de la Première Guerre mondiale.  On y retrouve un monument aux vétérans érigé grâce à une souscription populaire en 1920 et un canon d’origine allemande saisi en Europe en 1915. Une longue tradition militaire prit naissance à Lac-Mégantic en 1936 par la création de la compagnie ¨ B ¨du régiment de la Chaudière, à la demande du gouvernement fédéral.

Au début de la colonisation, le lac était la véritable voie de circulation des biens et des personnes, et ce, jusqu’au début du 20e siècle.

Photo: Archives de L'Écho de Frontenac

Les concerts dans le parc

Le kiosque existe depuis 1902 et sert à l'organisation de concerts de musique. Imaginez les concerts en plein air de la fanfare Philharmonique de Mégantic fondée en 1894!

Le parc est un lieu très animé par plusieurs activités qui s’y tiennent surtout durant la saison estivale : la fête de la Saint-Jean, le Lac en fête, la traversée du lac ainsi que tous les concerts Entre chien et loup qui y prennent place chaque jeudi soir de l’été.

Le parc a été en grande partie épargné par la tragédie de 2013, mais est devenu inaccessible pendant 2 ans. C’est en 2015 que les citoyens ont retrouvé avec bonheur l’accès à ce grand espace vert.

Les premiers bateaux à vapeur

Grâce à sa position centrale, le lac Mégantic aura servi au transport de passagers, de marchandises légères et du courrier. Cependant, c’est d’abord à des fins industrielles, plus particulièrement dans le secteur du bois, que le premier bateau à vapeur, le Lena, a été construit en 1881.

Il sera suivi du Campania et du Jubilee qui, à leur tour, serviront les habitants de Lac-Mégantic et d’autres villages riverains.

Les communications de l’époque

Au début de la colonie, vers les années 1875, les moyens de communication étaient plutôt rudimentaires. Les gens qui se trouvaient à Agnès, aujourd’hui Lac-Mégantic et qui avaient besoin de se rendre à Baie-des-Sables, aujourd’hui Marston, utilisaient une méthode de communication assez inusitée.

Deux coups de feu étaient tirés pour avertir les habitants de Baie-des- Sables (Marston). C’était le signal, pour ces derniers, d’envoyer un bateau pour aller chercher les habitants ou la marchandise à Agnès (Lac-Mégantic).

L'Écho de Frontenac

Depuis des générations, l’Écho est le témoin privilégié de l’histoire locale, assurant ainsi la sauvegarde de la mémoire collective de toute une région.
 
Fondé en 1929 par J. Edouard Fortin, le journal est acheté en 1931 par Louis Philippe Poulin, journaliste de Beauceville et grand défenseur de la langue française. Atteint de cécité, il est admirablement secondé par sa conjointe Madeleine Drouin Poulin. Cette dernière prendra la relève de l’entreprise après le décès de son mari, survenu en 1967, avec l’aide de son fils Gaétan, qui assume alors la direction du journal. Son épouse, Lorraine Giguère choisit de travailler à ses côtés, apportant sa touche personnelle au matériel publicitaire. À son poste de fier éditeur, Gaétan Poulin a su faire suivre les valeurs d’intégrité et de respect profondément ancrées dans l’entreprise familiale au moment du passage au XXIe siècle tout en garantissant l’indépendance du journal, malgré les périodes de turbulence qui ont frappé et frappent encore le secteur des médias. Ses filles, Danielle et Suzanne, se sont jointes à l’entreprise et ont initié le virage électronique.
 
La famille Poulin a su s'entourer d'employés remarquables, des gens talentueux et passionnés, dont l’apport témoigne quotidiennement de leur sentiment d’appartenance à l’entreprise. L’équipe en place a pris part au développement de nombreux projets, dans un souci d’amélioration continue. Rigueur journalistique, qualité rédactionnelle et esprit d’analyse font ainsi du journal l’Écho de Frontenac une référence  de premier choix  en matière d’information régionale.
 
Pour refléter les réalités et les préoccupations des populations de la MRC du Granit et même au-delà des limites de grande région de Mégantic, l’Écho répond invariablement présent.

Vous souhaitez relire des moments importants de l’histoire de la région?
Nous vous invitons à passer voir les panneaux thématiques situés devant nos bureaux au 5040 boulevard des Vétérans. 

Photo: Équipe de l'Écho de Frontenac
1re rangée:
Danielle Poulin, infographiste
Claudia Collard, journaliste
Suzanne Poulin, directrice générale
2e rangée:
Nancy Lacasse, infographiste
Michel Pilotte, directeur des ventes
3e rangée:
Audrey Roy, comptes recevables
Rémi Tremblay, rédacteur en chef
Line Bolduc, adjointe à la direction
Absent sur la photo, le président Gaétan Poulin



Excerpt of
Le Marcheur d'étoiles | Circuit touristique de Lac-Mégantic

View the complete tour with the BaladoDiscovery app for free on Android or iPhone/iPad