La dame au cœur sur la main

Par Louis Parent (1961)

L’œuvre "La dame au cœur sur la main" est un bas-relief installé sur le faîte du sanctuaire et représente Sainte-Marguerite-D’Youville, tendant la main alors qu’elle frappe à une porte afin de récolter de l’aide pour les pauvres et malades. Dans sa main gauche, grande ouverte, se trouve un petit cœur symbolisant son amour, sa générosité et son dévouement envers les plus démunis. Le nom donné à la sainte – Mère à la charité universelle –, est également inscrit en latin au bas de sa représentation.

Au-dessus d’elle se trouve une croix, illuminée la nuit, qui fait référence à la croyance populaire selon laquelle, la nuit de sa mort, une croix illuminée serait apparue au-dessus de son lit.

Crédit photo : Simon Lanciault

Une commande pour l'Oratoire Saint-Joseph

Louis Parent étudie à l’École des beaux-arts de Montréal de 1922 à 1928. Peu après, il y est nommé professeur d’esthétique. Lors d’un séjour à Philadelphie en 1935, il mérite la reconnaissance des critiques pour ses modelages de glaise. De retour à Montréal, il devient professeur à l’École du meuble de Montréal (ensuite l’Institut des arts appliqués de Montréal, qui fut intégré au Cégep du Vieux-Montréal en 1969) de 1937 à 1974.

Parallèlement, il travaillera à l’élaboration d’une commande pour l’oratoire Saint-Joseph, projet qui aura couronné sa carrière d’artiste. Son approche artistique pour ses modelages lui aura valu l’éloge des critiques. Fier de ces reconnaissances, l’artiste consacrera, entre 1943 et 1950, sa pratique sculpturale à la conceptualisation des quarante-deux statues du gigantesque Chemin de la Croix de l’Oratoire Saint-Joseph, en flanc du Mont-Royal.



Excerpt of
L'art public à Varennes

View the complete tour with the BaladoDiscovery app for free on Android or iPhone/iPad