Les cloches

Les cloches

Photo source: Centre de Généalogie, des Archives et des Biens Culturels de Château-Richer


L'espérance (la plus grande)

Une photo de la cloche prénommée 'L'espérance"
Marraine: Emma Matte, bienfaitrice de l'église, et épouse d'Édouard Verreault

Source: Centre de Généalogie, des Archives et des Biens Culturels de Château-Richer

La charité (la moyenne)

Voici une photo de la cloche prénommée "La charité" par ses parrains et marraines qui en firent don à l'église en 1894. 

Parrain: François Côté
Marraine: Françoise Côté

Source: Centre de Généalogie, des Archives et des Biens Culturels de Château-Richer

La foi (la plus petite)

Une photo de la cloche prénommée "La foi"

Source: Centre de Généalogie, des Archives et des Biens Culturels de Château-Richer

Les cloches de l'église

Jusqu'en 1893, le clocher de l'église se compose de deux cloches. En février 1893, l'abbé Gingras vend la plus grosse d'entre elles afin d'installer un carillon de trois cloches dont le poids de celle-ci et des montures ne dépasse pas 8000 livres. Les précieuses cloches ont fait la traversée des mers depuis Le Havre, en France, jusqu'à Château-Richer. 

L'évêque de Chicoutimi, Mgr Louis-Nazaire Bégin procède à la bénédiction du nouveau carillon le 22 juillet 1894, en présence de Mgr Cyrille Alfred Marois, vicaire général de l'archidiocèse de Québec, de l'abbé Napoléon Gariépy, du curé Gingras et d'une grande foule issue de la paroisse et des environs. 

En 1897, une des cloches casse. Profitant de cette réparation, on monte le carillon sur un système de marbre et de fonte.

Dans son ouvrage "Le Québec et ses cloches", l'abbé Léonard Bouchard précise le nom des cloches et la mésaventure de l'une d'elles:

"Foi, Espérance, Charité: La grosse cloche, La Charité, selon le prône du curé en date du 2 mai 1897 a été cassée. On a dû la retourner en France, à l'usine. Plusieurs inscriptions figurent sur les cloches, dont le nom de la marraine, Emma Matte, bienfaitrice de l'église, marraine des cloches et épouse d'Édouard Verreault. La cloche La Charité est un don de Françoise et de Francis Côté. La petite cloche du pignon, La Foi, fut hissée avec le concours de plusieurs boeufs.  

Source: Buteau, Lise (2005). « Château-Richer, Terre de nos ancêtres en Nouvelle-France », page 91

Texte de la narration

Papi : vous avez vu le grand clocher de l’église ?

Guillaume et Delphine : Oui papi.

Papi : Eh bien, originalement on trouvait deux cloches dans le clocher. Mais, en 1893, l’abbé Gingras décide de vendre une des cloches pour faire poser un carillon de trois cloches. Ces cloches ont été coulées en France et transportées en bateau. Ah, l’émerveillement de la population quand les premiers tintements ont été entendus. La plus grosse se nomme « La Charité », la seconde « L’Espérance » et la plus petite « La Foi » ! Savez-vous pourquoi les cloches ont des noms ?

Delphine : Aucune idée, papi. 

Papi : La pratique de nommer les cloches date d’il y a bien longtemps. En fait, l’Église catholique a adopté la pratique de formellement baptiser les cloches lors de leur érection dans un lieu religieux. Cette pratique s’accompagnait par la désignation d’un parrain et d’une marraine comme on le fait lors du baptême d’un fidèle, généralement un enfant. Ce parrain ou cette marraine avait aussi souvent la liberté de nommer la cloche comme on le ferait pour un enfant. Il faut bien comprendre, les enfants, que le parrain et la marraine étaient souvent les donateurs de la cloche. C’est eux qui avaient payé pour son achat. Il était alors un peu normal qu’ils aient pu y inscrire leur nom et aussi la nommer. C’était pour l’Église catholique un moyen d’inciter de riches bienfaiteurs à débourser des sommes importantes pour la fabrication de cloches. 

Delphine : Papi, qui étaient les parrain et marraine des cloches de Château-Richer?

Papi : L’Espérance a comme marraine Mme Emma Matte, épouse d’Édouard Verreault. La Charité  a comme marraine Françoise Côté et Francis Côté comme parrain.  Je suis monté dans la flèche pour prendre quelques photos. Les voici. Vous remarquerez le nom de la cloche coulé dans le bronze. 



Excerpt of
Histoire et légendes de Château-Richer | Circuit de 9,4 km

View the complete tour with the BaladoDiscovery app for free on Android or iPhone/iPad