Domaine Gilbert

Qui est le Dr Paul Gilbert ?

Né le 8 mars 1903 à Rivière-du-Loup, il est l’aîné d’une famille de 4 garçons et fils de médecin. Son père décède lorsqu’il a 8 ans et sa mère quelques années plus tard. Il sera adopté par son oncle, le Dr Joseph Piuze qui deviendra son mentor.

Il fera des études en médecine à l’Université Laval et graduera en juin 1930. Il s’installe à Charny en juillet 1930 dans une maison louée au notaire Raoul Demers et située à l'emplacement actuel du parc Omer-Roberge. C'est dans cette maison qu'il ouvre son premier bureau de consultation. 

Le Dr Gilbert n'est pas seulement un médecin pour Charny. Il se rend aussi à Breakeyville tous les mercredis afin d'y rencontrer des patients. Le CN aura aussi recours à ses services de médecin et de chirurgien pour ses employés.

Il épouse Gilberte Bélanger, pianiste de concert et fille du Dr J.-Édouard Bélanger de l’Hôtel-Dieu de Lévis, le 8 août 1931. Ils auront 3 enfants. Le Dr Gilbert décède le 26 septembre 1975 à l’âge de 72 ans.

Crédit photo : BAnQ, coll. Gabriel Desmarais, 1953.

L'Hôpital Notre-Dame de Charny

Le curé Poirier possède un terrain non loin de la résidence louée par le Dr Gilbert (chemin de Charny). Il consent à lui donner le terrain à condition qu’il y construise un hôpital.

C’est en 1932, avec son argent personnel et d’après les plans qu’il a lui-même conçus, que le Dr Gilbert fait construire un hôpital avec des appartements pour loger sa famille. L’hôpital ouvre ses portes en septembre 1932 et compte 17 lits et 4 bassinettes. À l'époque, les services d'un docteur étaient payants. Ainsi, il n'était pas rare que le Dr Gilbert se fasse payer en "poches de patates" durant la crise économique des années 1930. À titre d'exemple de tarif, les gens payaient 2 $ pour un accouchement et 0,25 $ pour extraire une dent.

L’épouse du Dr Gilbert le seconde en se consacrant à l’administration du centre hospitalier.

Crédit photo : BAnQ

L'apport des religieuses

(Hôpital Notre-Dame de Charny vers 1950.)

De 1935 à 1942, l'hôpital est desservi uniquement par du personnel laïque. En 1942, le Dr Gilbert fait appel aux religieuses de St-François-d’Assise en raison de l’immense travail qu’engendre la multitude de patients. Elles y joueront le rôle d’infirmières et administreront l’hôpital pendant 6 ans. L’hôpital sera agrandi à de nombreuses reprises : 1935, 1938, 1947-1948.

Les Sœurs de Saint-Paul de Chartres prendront possession de l’hôpital le 24 octobre 1948. Pour l’occasion, l’abbé Paul Bouillé fait partie des invités de marque et bénira les appartements de l’hôpital. Dorénavant, des services de médecine générale, de chirurgie générale, d'obstétrique, de gynécologie, de radiologie et de physiothérapie seront offerts à la population.

En 1953, l’hôpital compte 70 lits et une pharmacie opérée par le Dr Omer Couture. L’hôpital sera converti en résidence pour personnes âgées en1988 (Le Charnycois, 2441, chemin de Charny).

Crédit photo : Petite histoire de Charny, 1978.

Le manoir du Dr Gilbert

Profitant de l’arrivée des Sœurs de Saint-Paul de Chartres, le Dr Gilbert se fait construire une nouvelle résidence sur un terrain situé près de la rivière Chaudière, quittant ainsi ses appartements à l’hôpital.

Cet immense domaine comprenait la résidence du Dr Gilbert (Manoir Gilbert), un clapier, une écurie, un étang à canard, un court de tennis et une piscine. On y trouvait plusieurs essences d'arbres du Québec que le docteur avait sélectionnées pour ornementer son terrain. Sans oublier un verger avec plusieurs variétés de pommes. 

Dans les années 1980, sa résidence sera convertie en résidence pour personnes âgées et le domaine sera morcelé en lots résidentiels privés (actuel Domaine Gilbert). 

Crédit photo : Archives Ville de Lévis

Le clapier

(M. Armand Cadrin, collaborateur du Dr Gilbert démontre comment tenir un lapin, 1943)

Le Dr Gilbert est aussi un homme d’affaires prospère. Sur un terrain qu'il possède près de la rivière, il fait construire un clapier au début des années 1940 pouvant accueillir jusqu’à 3 500 lapins !

Il deviendra actionnaire principal de la Maison J.-B. Laliberté de Québec, reconnue depuis le 19e siècle pour la fabrication et la vente de manteaux et accessoires en fourrures. C'est pour cette raison que le Dr Gilbert élevait des lapins. La fourrure  était vendue chez J.-B. Laliberté et la viande était servie aux patients de l’hôpital. Aucune expérience génétique farfelue n’était réalisée avec ses lapins !

Crédit photo : BAnQ

Recherches sur la tuberculose

Bien que le Dr Gilbert ait contribué au développement de Charny, sa réputation va bien au-delà de la municipalité et de la région. En plus d'être médecin et chirurgien, il s'intéressera au traitement de la tuberculose parce que son frère, un religieux chez les Frères des écoles chrétiennes, en est atteint. 

Afin de connaître davantage le traitement de cette maladie, le Dr GIlbert fera un séjour en France en 1939. À son retour, il travaillera ardemment afin de trouver des traitements pour soulager les malades. C'est grâce à ses recherches et une importante découverte pour le traitement de cette maladie qu'il se mérita une solide réputation à l'échelle nord-américaine. 

Source : Michel L'Hébreux, Le Centre Paul-Gilbert, une réussite humaine et médicale, 2013.



Excerpt of
Charny, chroniques d'une jonction | Circuit historique

View the complete tour with the BaladoDiscovery app for free on Android or iPhone/iPad