Écoles

La première école

(Première école à Charny, 1901-1906.)

Avant 1901, pour aller à l’école, les enfants doivent marcher jusqu’au chemin de l’Hétrière près du village de St-Jean-Chrysostome. 

La concession de l’Hétrière (qui devient Charny en 1903) compte alors 400 habitants.

De 1901 à 1906, la première école sur le territoire de la concession est située à l’endroit où se trouve aujourd’hui le 3374, avenue des Églises.

Crédit photo: Archives Ville de Lévis, Coll. Henri Marier (Jean-Guy Robitaille).

Le couvent

En 1906, la population a plus que doublé et atteint déjà 178 familles pour 882 personnes. La première école est trop petite. Le curé Poirier lorgne une maison neuve construite à côté de l’église pour y déménager l’école. Les enfants y entrent en classe en octobre 1906. À la demande des autorités religieuses, les Sœurs de la Charité de St-Louis acceptent de prendre en charge la direction de cette nouvelle école (appelée Couvent) en 1908.

Deux religieuses (Sœur Ste-Berthe et Sœur St-Ferdinand) s’installent dans le Couvent et s’adjoignent des professeures laïques. Dès 1909, des cours du soir en anglais et en dessin technique sont offerts.

Crédit photo : Histoire de Charny, Abbé Léon Lessard, 1928.

Collège Notre-Dame

Charny croît très rapidement et compte 1761 habitants en 1916. Le Couvent manque d’espace et ne suffit plus à la tâche.

La décision est prise de construire un Collège pour garçons  pour désengorger le Couvent. En 1917, on accueille les premiers élèves dans la nouvelle école : le Collège Notre-Dame construit sur la rue du Cimetière (rue Omer-Poirier). Il n’y a que la partie centrale du Collège qui est alors érigée.  Il est dirigé par deux professeurs laïcs.

À l’invitation du curé Poirier, les Frères du Sacré-Cœur  prennent la direction de l’école. Ils sont présents de 1918 à 1927.

En 1928, la commission scolaire de Charny est insatisfaite de la gestion des Frères, c’est le retour à une direction laïque : on retrouve 1 directeur et 4 institutrices pour 5 classes. Les laïcs assureront la direction du Collège pendant 10 ans. Les  Frères de l’Instruction Chrétienne prennent charge de l’école en 1937.

Crédit photo : Histoire de Charny, Abbé Léon Lessard, 1928.

L'académie St-Louis

La population ne cesse de croître et, en 1920, il faut agrandir le Couvent. Une nouvelle aile est construite. La capacité d’accueil grimpe à 16 classes. Ce qui évite de faire des classes temporaires dans la sacristie de l’église.
Cet agrandissement a exigé un déboursé de 15 000 $.

Crédit Photo : Album souvenir du cinquantaine, 1953

Le petit Couvent

En 1926, il faut ajouter une nouvelle école aux deux autres. Ce sera l’érection du Petit Couvent (3340, rue Omer-Poirier) en face du Couvent. Cette école est réservée  aux jeunes garçons et est administrée par les religieuses.

Les travaux sont dirigés par M. Émile Lafresnaye. Coût total : 6 000 $.

Un incendie ravage le Petit Couvent le 23 janvier 1930, il est reconstruit au même endroit, en brique cette fois-ci, au coût de 20 000 $.

Crédit photo : Histoire de Charny, Abbé Léon Lessard, 1928.

L'agrandissement du Collège Notre-Dame

Deux ailes sont ajoutées au Collège en 1947 dont une, celle de gauche, était réservée au logement des Frères. Ces travaux ont coûté 115 000 $.

La présence des Frères a été bénéfique pour la bonne marche des loisirs de la paroisse. Même pendant les vacances d’été, ils organisaient des camps de jour pour les jeunes de Charny.

Les années 1960 ont vu le départ des Frères pour céder, à nouveau, la direction du Collège à des laïcs.

Crédit photo : BAnQ, 1949.

École St-Louis-de-France

En 1954, la Commission scolaire décide de construire une école plus vaste et plus moderne. Le site choisi était alors occupé par le terrain de jeu installé par le curé Bouillé en 1946. Des échanges de terrain sont signés entre la fabrique et la commission scolaire.

Extraits des procès-verbaux de réunion de la fabrique : « La commission scolaire s’engage… à transporter les constructions et installations d’éclairage… et aménager le terrain pour la patinoire et tennis combinés (actuel Parc de la rivière)…  et à céder une partie de l’emplacement de l’ancien couvent (stationnement sur le côté de l’église)… ». La Commission scolaire donne aussi  5 000 $ à la fabrique pour compléter l’aménagement du nouveau terrain de jeu.

L’École St-Louis-De-France située sur Joseph-Hudon accueille ses premières étudiantes en 1956. La même année, le vieux Couvent de 1906 est démoli.

Crédit photo : Archives Ville de Lévis, 1963.

Les congrégations

Partout au Québec, la présence des congrégations religieuses dans les institutions a donné naissance à plusieurs vocations. Il en est ainsi à Charny. De jeunes femmes et hommes s’engagent dans différents ordres.

Un exemple éloquent de cet engagement est celui de Marguerite Larochelle. Après de brillantes études, elle cherche une orientation. Elle décide de devenir religieuse et entre en religion chez les Sœurs de la Charité de St-Louis, celles-là mêmes qui  lui ont enseigné au Couvent dans sa jeunesse. Déjà diplômée, elle devient enseignante. Elle poursuit des études supérieures et peut ainsi assumer des postes de gestion. Elle sera directrice d’école puis Supérieure provinciale et, enfin, Supérieure générale à Rome pendant une douzaine d’années.

À ce moment, elle est aux commandes de la Congrégation qui est présente dans une dizaine de pays.

Sœur Marguerite est décédée en 2005 à l’âge de 88 ans après 63 ans de vie religieuse.

Crédit photo : Don de la Famille Larochelle

 

École secondaire Les Etchemins (ESLE)

Au milieu des années 1960, la mise en place de nouvelles structures en éducation voit surgir un nouveau type d’école : la polyvalente. La municipalité de Charny est choisie pour en accueillir une. L’inauguration est prévue pour l’automne 1968. Un incendie éclate pendant la fin des travaux ce qui évidemment repousse l’ouverture à une date ultérieure. La Commission scolaire doit jongler avec les horaires des écoles avoisinantes pour accommoder les élèves inscrits à la polyvalente. Ce n’est qu’à l’hiver 1969 que l’école secondaire Les Etchemins peut enfin accueillir sa première cohorte.

Le nom Etchemin fait référence à l’appellation donnée par les Français à la Première Nation (Les Malécites) qui occupait le territoire à l’époque.

Crédit photo : Commission scolaire des Navigateurs



Excerpt of
Charny, chroniques d'une jonction | Circuit historique

View the complete tour with the BaladoDiscovery app for free on Android or iPhone/iPad