Expansion au fil du temps

Troisième édifice central

Le Collège déménagera de nouveau en 1856 lorsque le notaire Louis-Théodore Besserer offrira une grande parcelle de terrain à l'Église catholique. Ce terrain est celui situé dans le secteur de la Côte-de-Sable.

Un nouveau bâtiment y est érigé. Ce troisième édifice central du campus est construit en plusieurs étapes, si bien qu'en 1887, il couvre toute la longueur de Séraphin-Marion, autrefois Wilbrod, de Waller à Cumberland. L'édifice accueille alors plus de 400 élèves. Il contient notamment des salles de classe, des dortoirs, un musée, des laboratoires et une chapelle impressionnante.

[Image: Collection 38, PHO-NB-3AH-2-18, Crédit : Archives de la maison de l’Assomption]

Université officielle

En 1866, le Collège devient officiellement une université lorsqu'il obtient une charte universitaire royale. L'institution peut dès lors délivrer des diplômes universitaires.

[Image: Collection 38, NEG-NB-38A-3-92, Crédit: l’Université d’Ottawa]

Origines catholiques

En 1889, l'Université reçoit une charte pontificale, du pape Léon XIII, et devient une université catholique reconnue.

[Image: Collection 38, PHO-NB-38AH-3-7, Crédit : Mortimer & Co. Lith. Ottawa]

L’équilibre linguistique

Offrir un enseignement bilingue a été au cœur de la mission des Oblats à l’Université dès ses débuts.  Les cours sont donnés en anglais le matin et en français l’après-midi. Toutefois, cette mission ne fut pas toujours chose facile et la dualité linguistique qui sévit au tournant du 19e siècle amène même l’enseignement à n’être offert qu’en anglais pendant une trentaine d’années.  Puis, le retour au bilinguisme s’installe pour de bon.

[Image: Collection 38, PHO-NB-38-2869, Crédit : Inconnu]

Noms des rues

Louis-Théodore Besserer, propriétaire de plusieurs terrains dans la Côte-de-Sable en 1856, a attribué son nom et ceux de quelques membres de sa famille à certaines rues du quartier.

Lorsque l’Université achète une section de la rue Wilbrod (nom d’un des fils de Besserer) en 1987, le nom est changé pour celui de Séraphin-Marion, celui que vous apercevez sur la photo ci-jointe.

Homme de lettres, historien et ancien de l’Université, Séraphin Marion entretient des liens étroits avec l’Université. Il y enseigne la littérature française et canadienne-française. L’éminent Franco-Ontarien devient par la suite un professeur émérite de l'Université d'Ottawa.

[Image: Fonds 98, PHO-NB-98-80-00-06, Crédit : Inconnu]

Au feu!

Le 2 décembre 1903, un violent incendie détruit complètement l’édifice central. Les constats sont dévastateurs: 3 décès et quelque 500,000 $ en pertes matérielles.  La cause exacte de l’incendie reste un mystère.

[Image: Collection 38, NEG-NB-38A-1-79, Crédit: l’Université d’Ottawa]



Excerpt of
Circuit du quadrilatère historique de l’Université d’Ottawa

View the complete tour with the BaladoDiscovery app for free on Android or iPhone/iPad