Le lac Tagish

Lac, langue, peuple et village

Tagish désigne d’abord un lieu et signifie « la débâcle », en référence à la fonte de la glace sur le lac. Le lac Tagish est connu pour ses tempêtes soudaines qui ont provoqué nombre de naufrages, surtout sur ses bras Windy et Taku.

Le terme fait aussi référence à la langue éponyme qui était parlée dans la région des lacs du sud. Il ne reste aujourd’hui que quelques personnes qui la parlent couramment. Avant même l’arrivée des Blancs, la langue Tagish était progressivement remplacée par la langue culturellement dominante tlingit, du fait des échanges commerciaux importants avec le peuple tlingit de la côte. Beaucoup de mariages ont uni les deux peuples, si bien que les descendants des Tagish s’identifient culturellement au peuple tlingit.

Tagish est aussi le nom du village qui se trouve sur la rivière Tagish à la jonction du lac Tagish et du lac Marsh.

Photo : Lac Tagish
Crédit photo : Frantisek Irman, Creative Commons

Les frères Nantuck

Le 10 mai 1898, deux prospecteurs ont été tués par balle par quatre jeunes Autochtones originaires de Tagish, connus sous le nom des frères Nantuck. Les jeunes hommes ont été emprisonnés à Tagish puis à Dawson, où deux d’entre eux sont morts de tuberculose et les deux autres ont été pendus. C’était les premières pendaisons au Yukon, avec celle d’un troisième homme américain.

Photo : « Le mineur Fox et ses assassins indiens, prisonniers à Tagish Post. »
Crédit : Dessin de Léon Boillot

Un crime d’honneur

Le mobile des frères Nantuck reste encore flou, mais il semblerait que tout a commencé par une boîte de poudre blanche qu’une Aînée autochtone a utilisée pour faire du pain, pensant que c’était de la farine; or, c’était de l’arsenic qui sert à raffiner l’or. Elle aurait donné le pain à un vieil homme et à un garçon qui en sont morts.

Les deux victimes appartenaient au clan des corbeaux, tout comme les frères Nantuck; en accord avec leur tradition, ces derniers avaient donc la responsabilité de venger leur mort. On ne sait pas si l’arsenic venait directement des deux prospecteurs tués, mais ils représentaient le « clan » des Blancs, responsables de l’incident, et ont donc été tués en réponse aux pertes subies par les Autochtones.

Le cas a provoqué beaucoup de bruit à l’époque et reflète le choc des cultures entre les Autochtones et les colonisateurs.

Photo : Les frères Nantuck
Crédit photo : Canadian Museum of Civilization, Collection Klondike, 1898, no. J6186

Les centaines de bateaux de 1898

À la fin du 19e siècle, un poste de police montée s’est installé à Tagish. Avec l’afflux soudain de chercheurs d’or, c’était un lieu très achalandé; chaque personne qui avait franchi le col Chilkoot ou le col White devait s’inscrire au poste. D’après l’auteur Pierre Berton, plus de 28 000 personnes y seraient passées entre 1898 et sa fermeture en 1901.

Plusieurs milliers de bateaux y ont reçu un numéro d’enregistrement; la police montée inspectait les équipements et collectait les droits. Elle est reconnue pour avoir fait régner l’ordre durant la Ruée vers l’or du Klondike.

Photo : La flotte sur le lac Tagish
Crédit photo : Dessin de Taylor, d’après le croquis de Léon Boillot, Aux mines d’or du Klondike : du lac Bennett à Dawson City



Excerpt of
Les aventuriers des lacs du sud

View the complete tour with the BaladoDiscovery app for free on Android or iPhone/iPad